Vive Reborn Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 

Kohane Tsuyuri

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive Reborn Index du Forum -> Règlement -> Présentation Des Personnages
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kohane

Millefiore Family

Hors ligne


Inscrit le: 05 Nov 2008
Messages: 90
Localisation: Bouquine dans un coin =w=
Féminin Taureau (20avr-20mai) 狗 Chien
Vie:
Attaque: 125
Défense: 125
Vitesse: 125
Famille: Millefiore
Rang: Bras Droit
Flamme: Flamme de la Pluie

MessagePosté le: Mer 5 Nov - 23:20 (2008)    Sujet du message: Kohane Tsuyuri Répondre en citant

Nom: Tsuyuri

Prénom: Kohane

Age: 19 ans

Spécialité: Kohane, grâce à Bianchi, a quelques bases en Poison cooking. Mais elle se bat mieux avec les lames (couteaux,etc). Mais sa plus grande spécialité...en fait elle en a plus d'une...Elle dort énormément, elle lit trois foi plus qu'elle dort, et elle perd beaucoup de choses (extrêmement bordélique et tête en l'air)

Famille: Millefiores

Histoire: Lorsqu'elle était encore enfant, Kohane n'était pas du tout mêlée à la mafia. Au contraire, elle vivait une vie tout a fait normale, dans une famille normale, dans une ville normale, bref elle s'ennuyait à en mourir. Un jour, sa mère fût invitée à cuisiner pour une grande réception. Kohane l'accompagna. Lorsqu'elles arrivèrent, elles se séparèrent : la mère vers les gigantesques cuisines; Kohane, elle, resta à l'entrée. Elle admirait sans rien dire cette imposante demeure. Elle resta ainsi durant deux heures, sans prêter une grande attention aux invités vêtus de noir. Une jeune femme lui demanda alors ce qu'elle faisait là, toute seule. Elle lui répondit alors: "J'suis pas toute seule ! Y'a ma maman quelque part dans les cuisines ! Moi j'veux bien l'aider mais elle dit que je sais pas cuisiner...Et pis...T'es qui toi ?" La jeune femme se présenta alors sous le nom de Bianchi. Elle proposa à Kohane de prendre des cours de cuisine assez...particulière appelée "Poison Cooking". Kohane accepta après quelques minutes de réflexion. Bianchi lui expliqua qu'elle faisait désormais partie de la mafia, plus précisément de la famille Vongola. Kohane se décida (enfin) à aller voir sa mère, et lui expliqua tout du mieux qu'une petite fille de 9 ans peut faire. Sa mère ne "comprit" qu'une seule et unique chose...que sa fille adorée voulait suivre ses traces de grande cuisinière.Bien sûr, elle avait tout faux, mais bon, il y a des choses contre lesquelles on ne peut pas lutter. Kohane passa donc 5 longues années avec Bianchi, puis partit en Italie pour apprendre à se battre avec d'autres armes que le poison cooking. Cet entrainement dura 5 autres années et porta ses fruits. Lors d'une journée ensoleillée, elle décida dans quelle famille elle souhaiterai réellement être : la famille Millefiores

Armes: Elle utilise assez rarement son poison cooking. Elle a également une vingtaine de couteaux à porté de mains. L'arme qu'elle utilise le plus est sa lance à doubles pointe.

Élément: Pluie

Bagues: Kohane possède l'anneau Millefiores qui correspond à l'anneau Vongola de la pluie. Elle possède également 1 bague pour ouvrir ses boites spéciales, ainsi ainsi que 2 copies doubles dans le cas où elle la perdrait.
_________________
/#/ Atashi no yume /#/
/#/ Kohane's Theme /#/


Dernière édition par Kohane le Mer 10 Déc - 21:21 (2008); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité







MessagePosté le: Mer 5 Nov - 23:20 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ran Walker

Vongola Family

Hors ligne


Inscrit le: 28 Sep 2008
Messages: 57
Localisation: Compiègne Oise (60)
Masculin Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq
Vie:
Attaque: 158
Défense: 158
Vitesse: 158
Famille: Vongola
Rang: Chef de Famille
Flamme: Flamme du Ciel

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 23:33 (2008)    Sujet du message: Kohane Tsuyuri Répondre en citant

Très bien valid !!
_________________


Revenir en haut
Z@r@Ki

Cavallone Family

Hors ligne


Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 161
Localisation: compiègne
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat
Vie:
Attaque: 160
Défense: 160
Vitesse: 160
Famille: Cavallone
Rang: Chef de Famille
Flamme: Flamme de la Tempête

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 23:36 (2008)    Sujet du message: Kohane Tsuyuri Répondre en citant

valid
_________________


Revenir en haut
Kohane

Millefiore Family

Hors ligne


Inscrit le: 05 Nov 2008
Messages: 90
Localisation: Bouquine dans un coin =w=
Féminin Taureau (20avr-20mai) 狗 Chien
Vie:
Attaque: 125
Défense: 125
Vitesse: 125
Famille: Millefiore
Rang: Bras Droit
Flamme: Flamme de la Pluie

MessagePosté le: Ven 14 Nov - 23:56 (2008)    Sujet du message: Kohane Tsuyuri Répondre en citant

Bon autant poster ici : j'peux être le bras droit des Millefiores svp ? Smile
_________________
/#/ Atashi no yume /#/
/#/ Kohane's Theme /#/


Revenir en haut
Z@r@Ki

Cavallone Family

Hors ligne


Inscrit le: 24 Oct 2008
Messages: 161
Localisation: compiègne
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 鼠 Rat
Vie:
Attaque: 160
Défense: 160
Vitesse: 160
Famille: Cavallone
Rang: Chef de Famille
Flamme: Flamme de la Tempête

MessagePosté le: Sam 15 Nov - 00:01 (2008)    Sujet du message: Kohane Tsuyuri Répondre en citant

demande accorder
_________________


Revenir en haut
Kohane

Millefiore Family

Hors ligne


Inscrit le: 05 Nov 2008
Messages: 90
Localisation: Bouquine dans un coin =w=
Féminin Taureau (20avr-20mai) 狗 Chien
Vie:
Attaque: 125
Défense: 125
Vitesse: 125
Famille: Millefiore
Rang: Bras Droit
Flamme: Flamme de la Pluie

MessagePosté le: Ven 26 Déc - 13:46 (2008)    Sujet du message: Kohane Tsuyuri Répondre en citant

Bon, j'édite ici, j'ai pas trop envie d'effacer ma précédente fiche >__<" (oui je suis une flemmarde et je l'assume pleinement !)...j'avoue, j'ai vraiment été inspirée sur ce coup...

Nom : Tsuyuri
Prénom : Kohane

Âge : 19ans

Spécialité :
Lors de son entrainement dans la famille Vongola, elle se spécialisa dans le lancé de couteaux, le poison cooking, et dans le maniement de la plupart des armes blanches.
Son arme de prédilection est une lance à double pointes. Le manche est bleu-nuit, presque noir. Il contraste énormément avec les pointes qui sont d’un blanc neigeux, légèrement bleuté. Chacune d’elles est incrustée d’une pierre bleue, du Lapis-lazuli, et est aussi tranchante qu’une lame de rasoir.
Ses couteaux sont en acier, avec quelques reflet bleu-pâles. Ils mesurent une dizaine de centimètres, manche comprit. Mis à part la couleur et leur largeur (ils sont un peu plus épais), ses couteaux sont exactement les mêmes que ceux de Belphégor.
Au niveau du poison cooking, elle se contente de faire des petits plats faciles à transporter, comme des petits bols, des petits gâteaux ou autre chose dans ce genre.
 


Armes: La lance à double pointe, une vingtaine de couteaux et le poison cooking.

Physique :
Kohane était une jeune femme svelte et élégante malgré elle. Ses formes étaient bien proportionnées pour son âge, attirant l’attention parmi la gente masculine, qu’elle rejetait à chaque foi en disant que ce genre de chose ne l’intéressait pas. Elle avait un visage ovale, aux traits fins et gracieux, ainsi qu’un teint clair et rafraichissant. Ses cheveux, longs et bruns comme une nuit sans étoile, éternelle, étaient attachés assez souvent en une discrète queue de cheval formée de deux mèches, le tout d’une lisseur et d’une brillance sans pareil. Son front était caché par une frange, cadrée de deux mèches plus courtes que les autres. Ses yeux, noir et profond, exprimaient une tendresse sans limite, ainsi qu’une grande joie de vivre. Il cachait également une grande intelligence et une curiosité à toute épreuve. Sur ses lèvres fines était dessiné constamment un sourire chaleureux, comme si il ne voulait jamais disparaître. Sur son nombril est tatoué un soleil bleu, et derrière son épaule gauche est tatoué discrètement l’insigne des Millefiores. Il est difficile de le voir à cause des cheveux de la brune.
Lorsqu’il ne fait pas trop froid, Kohane porte un débardeur blanc aux bordures noires. Il s’arrête juste au dessus du nombril. Sur ses bras, elle possède des gantelets noirs qui commencent à 5 cm au dessus des coudes. Elle met également soit un short qui s’arrête juste à la moitié des cuisses, soit un short qui se stoppe au dessus des genoux. Elle a une ceinture grise sur laquelle elle garde ses 3 boites ainsi qu’une petite sacoche pour ses livres, son argent et son portable. Pour les pieds, elle porte généralement des converses rouges aux semelles blanches, ainsi que des chaussettes noires.
A l’inverse, lorsqu’il fait frais, elle porte une veste noire et blanche par-dessus un T-shirt noir avec des formes stylisées brodées en rose et bleu. La même ceinture maintient un slim noir par-dessus duquel elle porte des bottes noires dites de « motard ».
Mais dans tous les cas, elle possède un pendentif orné d’une pierre noire, ainsi que sa bague de la pluie, pour ne pas la perdre. Elle possède également une simple bague trouvée lorsqu’elle était petite dans une boutique, ainsi qu’un discret bracelet d’argent orné de minuscules dauphins. 


Caractère :

Kohane est une jeune fille qui ne cache pas vraiment ses sentiments, ce qui fait d’elle une fille impulsive, et parfois certains pensent qu’elle est d’une immaturité totale, ce qui est faux. Elle fait partie de ces personnes que l’ont peu appeler « sociale et folle », c'est-à-dire qu’elle est, dans un groupe, l’un des personnes qui mettent un peu d’ambiance, qui partagent leur joie de vivre tout en s’amusant et en amusant les autres. Mais elle sait tout de même quand il faut qu’elle soit sérieuse, quand il faut s’arrêter. Elle est à l’écoute des autres, mais comme personne n’est parfait, Kohane aussi possède des défauts : elle est totalement bordélique et paresseuse à ses heures perdues, ainsi que maladroite et un peu, mais juste un peu, étourdie. Sans oublier que c’est une vrais tête de mule. Elle peut aussi se montrer très désagréable et violente lorsqu’elle s’énerve, ce qui est assez rare. Si quelqu’un a le malheur de le faire, il risque tout simplement sa vie. Kohane devient une véritable furie lorsqu’elle est dans cet état. Malgré ça, c’est une jeune femme tout ce qu’il y a de plus polie, respectueuse des autres et de son environnement. Elle est prête à se sacrifier pour ceux qu’elle aime, dans toutes circonstances.
Elle ne supporte pas que quelqu’un s’en prenne à un être cher à son cœur juste sous ses yeux, ainsi que d’être en rupture de feuille de dessins, de CD de rock et de nourriture (au passage, même si elle mange beaucoup, elle fait partie de ces personnes qui ne prennent pas un kilo en mangeant comme un ogre) 


Famille : Millefiores

Élément : Pluie

Bague(s) et boites : Elle possède 3 bagues de la pluie : l'original et ses deux copies, des fois qu'elle les perde. Elle possède également 3 boites , deux de stockage pour sa lance et ses couteaux, et une autre dans l'éventualité de posséder un animal.

Histoire :
Kohane est née dans une famille plutôt aisée et très nombreuse. Celle-ci comptait 4 filles, dont Kohane, et un fils. Ils vivaient tous avec leurs parents, ainsi que leurs grands parents. Il y avait souvent du grabuge, mais jamais il n’a été provoqué par Kohane, celle-ci était bien trop solitaire et discrète. Les grands parents, eux, appréciaient Kohane, mais ils ne l’aidaient pas pour autant.
En fait, mis à part ses sœurs et son frère, Kohane n’était pas un enfant « désiré » par ses géniteurs. Elle était le produit d’un « accident » comme le disait si bien son père. Celui-ci avait tenté de faire faire une fausse couche à sa femme durant la grossesse, en vain. Il l’avait battue, il provoquait de gros stresses chez sa femme, en gros, il avait fait tout ce qu’on pouvait imaginer pour empêcher la venue de Kohane. Lors de l’accouchement, il n’était même pas présent, au désarroi de sa femme. De plus, la naissance avait été difficile, autant pour la mère que pour le nourrisson. Les médecins furent forcés de sortir Kohane sans douceur, le plus vite possible, car le cordon ombilical s’était enroulé autour du cou du nouveau né. Puis Kohane, étant tombé dans un coma proche de la mort, fût envoyée en soin intensif. Heureusement, les médecins et toute leur équipe purent la sauver.
Ses quatre premières années de vie furent…disons, heureuses, pour Kohane. Sa mère, contrairement à son père, s’occupait un peu d’elle. Elle la faisait manger, elle la baignait, et elle l’habillait. Mais elle ne lui donnait aussi qu’un amour…qui sonnait faux. Elle n’assumait pas réellement le fait d’avoir enfanté Kohane. Pour le lui faire comprendre, sans même s’en rendre vraiment compte, la mère favorisait énormément les autres enfants, laissant Kohane seule avec des poupées rapiécées rapidement, disgracieuses et assez effrayantes pour certaines. Parfois, son frère ou une de ses sœurs venait lui tenir compagnie, plus par pitié que par bonté de cœur. Ensemble, ils jouaient avec les poupées, et plus rarement, avec les jouets des 4 autres. Les grands parents, eux aussi jouaient avec Kohane, plus souvent que le reste de la famille.
Passé sa 5ème année, sa mère la délaissa à son tour, ne payant que sa scolarité. Ses sœurs et son frère s’éloignèrent d’elle de plus en plus, et ses grands-parents décédèrent durant l’été précédent, dans un incendie pendant que leur fille, leur gendre et leurs petits enfants étaient tous partis à une réception de collègue du paternel. Kohane fût anéantie en apprenant la nouvelle, sachant que désormais, elle serait plus seule que jamais.
Les années passèrent donc dans la solitude la plus totale. Kohane se plongea dans la lecture de livres de plus en plus complexes, de tous genres. Son frère et 3 de ses sœurs ne lui parlaient même plus, la considérant comme un déchet humain, comme une pathétique et frêle créature. Sa dernière grande sœur, celle qui était encore la personne la plus proche de Kohane avec leurs défunts grands-parents, lisait parfois avec elle, elles discutaient de tout et de rien. Le soir, lorsque Kohane était de corvée de vaisselle-cuisine-ménage, elle venait l’aider, et Kohane faisait de même avec elle. Elles n’étaient pas vraiment amies, juste…des connaissances en bon terme. Malgré tout cela, Kohane aimait sa famille profondément, même si ce n’était pas réciproque en intégralité.
Puis vint une année spéciale, celle qui scella le futur de Kohane, celle qui changea sa vie. Son père quitta la maison après les vacances d’hiver, disant pour se justifier « Je ne supporte plus de voir cette enfant dans ma maison ! Je la supporte assez depuis maintenant 9 ans ! Pour le moment, ce n’est qu’une mineure, donc je ne peux pas la mettre à la porte, par conséquent, c’est moi qui pars ! » Il partit donc, sans donner de ses nouvelles durant les mois qui suivirent. La mère, folle de chagrin et de rage envers Kohane, la priva de repas. Celle-ci dût alors se nourrir par ses propres moyens, manquant à plusieurs reprises de faire flamber la maison. Grâce aux nombreux livres qu’elle avait lut durant les années précédentes, elle prit rapidement de bonnes bases en cuisines, ce qui attira une attention nouvelle de sa mère. Elle pensait que sa fille, pour se faire pardonner, souhaitait suivre ses traces dans la grande famille des gourmets. Elle avait oublié qu’elle avait privé Kohane de nourriture, donc sa surprise était énorme lorsqu’elle l’a trouva dans la cuisine, en train justement de se préparer un diner français : une salade landaise pour l’entrée ; en plat principal de la dorade royale accompagnée de légumes frais ; et en dessert, celui-ci n’était pas vraiment une spécialité française, une gaufre au Nutella. Oui, pour certaines choses, Kohane était vraiment très douée. Et bien sûr, comme chaque chose en ce bas monde possède une partie…disons, pour faire simple… « douée », et une autre « pas douée du tout »… Ce qui donne une Kohane douée en cuisine et aimable, mais extrêmement paresseuse, et, en plus de ça, bordélique. Ayant fini de déguster ses délicieux mets, la fillette partit de la cuisine après avoir débarrassé la table de ses couverts, laissant sa mère seule, toujours figée par sa découverte, devant une cuisine sans dessus-dessous. Les jours suivants, la mère ne lâcha plus la petite brune, cherchant par tous les moyens de lui apprendre des recettes que la petite ne connaissait pas, au grand désespoir de la petite. Trois mois après cet événement, une étrange lettre arriva chez les Tsuyuri. Elle était adressée à la mère de Kohane.

« Madame,

Nous avons la joie de vous annoncer que vous avez été choisie pour être chef cuisinier pour une grande réception, qui aura lieu le 15 juin 1989, dans une ville à proximité de Tokyo. Le plan pour vous y conduire se trouve sur la seconde feuille. Nous espérons vivement voir une grande cuisinière telle que vous dans notre modeste demeure. Et, si cela ne vous dérange pas, pourriez-vous former certains de nos apprentis.
Dans l’attente d’une future réponse, veuillez agréer, Madame, l’expression de nos sentiments distingués. »

Kohane n’avait pas pu lire le nom de l’expéditeur, ni même sa signature. Voyant sa fille tenter de lire désespérément sa lettre, la Dame ne put s’empêcher de demander à sa fille, habillement, sans la brusquer :

« - Ma petite Kohane… lui dit-elle, un sourire doux à ses lèvres pulpeuses, ça te dirais d’assister à une petite fête ?
- Une…fête ?....Tu veux dire…que tu veux bien m’emmener avec toi là-bas ?? hésita la fillette, une pointe d’excitation dissimulée dans sa voix fluette.
- Oui, c’est exactement ça. La mère sourie de plus belle, resplendissante de joie. »

La petite eut un instant d’arrêt. Elle regardait sa mère droit dans les yeux, ceux-ci étant grands ouverts de stupeur. Puis un gigantesque sourire apparut sur le visage de Kohane, une chose bien rare à ce moment là de sa vie, et elle sauta à cou de sa mère, riant de bon cœur et de joie. Le grand jour arriva enfin, amenant avec lui toute la félicité d’une belle journée de printemps. Dans la voiture, Kohane regardait défiler les arbres, nerveuse. Pour tenter de calmer un peu sa fille, et de se calmer elle-même par la même occasion, la mère alluma la radio. Il leur restait moins de deux heures de route pour arriver à destination, leur excitation était à son comble. Leurs cœurs battaient à la chamade. Ils manquaient de sortir de leur poitrines tant ils battaient vite. Une mélodie calme commença à résonner dans le véhicule, attirant l’attention de l’enfant. Jamais elle n’avait entendue pareille musique. Le rythme lent des notes, la voix douce du chanteur et le ronron monotone du moteur détendaient peu à peu les deux passagères, sans pour autant les endormir. Les chansons passaient les unes après les autres, détendant au fur et à mesure du temps l’atmosphère. Elles arrivèrent alors devant un portail colossal. Un homme s’approcha de la fenêtre côté conducteur et demanda certaines informations. Au bout de quelques minutes, le portail s’ouvrit, laissant alors passer le petit véhicule familial. Elles suivirent le petit chemin de terre jusqu’au parking, puis descendirent. Elles observèrent alors ma façade de…la « modeste demeure ». Ce n’était même pas une maison, non. C’était bien plus que ça. Haute de 4 étages, la façade était d’un blanc nacré, un peu comme certaines maisons, non, comme certaines villas méditerranéennes. Après quelques minutes de contemplation, la mère se dirigea vers la porte d’entrée, et se renseigna auprès d’un homme en noir. Certainement pour connaître le chemin vers les cuisines. Kohane, elle, resta devant la façade, en admiration totale. Elle ne voyait pas ce qui se passait autour d’elle, elle ne voyait pas ces personnes de plus en plus nombreuses arriver. Elle était là, droite comme un piquet, le nez en l’air, essayant de voir derrière une fenêtre du 3ème étage qui l’intriguait. Elle avait vu quelque chose, ou même quelqu’un, s’écarter brusquement de cette ouverture sur l’extérieur, comme si il esquivait un objet qui aurait pu être dangereux. Elle vit cet objet en question, une espèce de bazooka mauve. Il atterrit alors sur un jeune homme blond, qui, étrangement, semblait porter…un diadème. Il disparut soudain dans une fumée rose, laissant apparaître un homme lui ressemblant énormément, mis à part la coiffure. Sur le coup, Kohane écarquilla ses grands yeux bruns, frappée de stupeur. L’homme discuta avec des personnes que la fillette ne pouvait distinguer, puis elle vit une main montrer quelqu’un dans sa direction, mais elle ne se retourna pas. Par contre, le blond, lui, se retourna, et surprit Kohane dans son « espionnage de petite fille curieuse ». Il la regarda droit dans les yeux, ou du moins, autant que la distance les séparant le permettait. Un sourire inquiétant s’étira sur son visage, se qui angoissa peu à peu l’enfant. Alors qu’il s’apprêtait à ouvrir la fenêtre, quelqu’un posa sa main sur l’épaule de la petite, la faisant sursauter. C’était une jeune femme d’une vingtaine d’année, au sourire tendre. Elles discutèrent un peu, Kohane se retourna une nouvelle foi vers la cloison de verre au 3ème étage, elle ne vit plus le blond. Elle continua alors son entretient avec l’inconnue, pas rassurée pour autant. La femme rit un peu.

« - Ne t’inquiètes pas, le blond que tu as vu derrière la fenêtre ne viendra pas t’embêter, ne pense même pas que je vais laisser une fillette comme toi entre les griffes de Belphégor ! On ne sait jamais vraiment ce qu’il a en tête.
- …Et perso’, je n’tiens pas vraiment à le savoir… murmura l’enfant. »

La jeune femme rit de plus belle. Non pas pour se moquer, non, mais juste parce que cette petite fille l’amusait, et, il faut l’avouer, l’intriguait. La fille en question se retourna vers son interlocutrice, la regardant droit dans les yeux, les poings sur les hanches et l’air passablement mécontente.

« - Pourquoi vous riez ? Et puis, aussi, j’ai un prénom, donc arrêtez de m’appeler petite ou fillette !
- Oh, pour rien, lui répondit la dame, et quel est donc ton prénom ?
- Je m’appelle Kohane ! Et pourrais-je connaître le votre ?
- Puisque tu y tiens tant, je vais te le dire…elle marqua un temps d’arrêt, soudainement hésitante, je suis Bianchi. »

Toute deux se sourirent alors, en signe d’une future amitié. Bianchi interrogea sa jeune interlocutrice sur les raisons de ça présence, ce à quoi elle répondit simplement qu’elle accompagnait sa mère qui était une cuisinière. Bianchi regardait toujours la petite, puis lui proposa des cours de cuisine assez …particuliers. Curieuse comme pas deux, Kohane accepta sans tarder, et, sur la demande de son professeur, se précipita à l’intérieur de la bâtisse pour chercher sa mère. Au bout d’une heure de recherches intenses, elle réussit enfin à la trouver. Ayant écouté avec attention les propos tenu par la jeune femme, la mère accepta l’offre à condition qu’elle aussi ait droit d’avoir accès à ces recettes. Ce à quoi Bianchi lui répondit que chaque années, elles lui enverront un peu de leurs nouveaux mets. L’accord étant fait, la soirée se fini en beauté, tranquillement, sans incidents, mais Kohane conservait cette inquiétude.
Le surlendemain, Kohane partait en direction d’une ville nommée Namimori avec Bianchi. Elle suivit ses cours durant 5ans, tout en tenant sa promesse faite à sa mère. Ainsi, la jeune fille réapprit à cuisiner certains plats de manière à ce qu’ils deviennent du poison cooking. Elle était plutôt habile dans cette matière, et, ce qui était assez amusant, elle pouvait les tester sur un jeune adolescent châtain clair aux yeux noisette. Celui-ci, par sa bonté naturelle, et surtout sous la pression d’un bébé en noir, finissait toujours par accepter d’y gouter. C’était très efficace et distrayant. Et assez souvent, 3 enfants venaient jouer avec elle. L’un d’eux était déguisé en vache, l’autre portait toujours avec lui un énorme livre, qui, pour une foi, n’intéressait pas Kohane, et enfin une petite fille avec une queue de cheval qui maintenait ses cheveux en l’air.
Un jour, lors de la 3ème année, Bianchi emmena son élève sur le lieu de leur rencontre. Cette foi-ci, l’adolescente ne perdit pas son temps en observant les lieux, elle suivit directement son « sensei » à l’intérieur. Après une multitude de couloirs et d’escaliers traversés, elles arrivèrent devant une grande porte de boit. Bianchi laissa la jeune fille devant celle-ci. Alors, haute de ses 12ans, Kohane décida de se promener, ou plutôt, de visiter la grande demeure mafieuse. Oui, mafieuse. En réalité, Bianchi est une mafioso, et, par conséquent, Kohane aussi. AU bout de quelques minutes, une étrange appréhension envahit la brunette. Ce sentiment de danger imminent, comme lorsqu’elle avait vu pour la première foi ce Belphégor. Des bruits de pas retentirent dans le long couloir sombre, amplifiant la peur de l’adolescente. Ils se rapprochaient doucement, mais cela n’atténuait en rien cette impression pesante que quelqu’un l’observait, et cette envie de meurtre presque palpable. Une voix suave, mais inquiétante par le ton employé, retentit derrière Kohane.

« -…Ushishishishishi…Que vois-je ? Une enfant perdue ! … Ca te dirait de jouer au chat et à la souris ?
-…Euh…Je, je ne suis pas perdue ! Et, euh…J’ai pas vraiment envie de jouer, navrée ! lui répond-t-elle, bégayant de peur et d’intimidation. »

Elle reprit son chemin, consciente de tourner le dos à un être aussi dangereux que Belphégor. Un petit sifflement fut émis, non pas un sifflement humain, non, mais comme le vent qui est traversé par un objet fin très rapidement. Elle se retourna et évita de justesse ce couteau envoyé par le jeune homme. Pourtant, quelque chose entailla le bras droit de la jeune fille. Elle tomba, ayant perdue l’équilibre en se retourna trop rapidement. Elle observa sa blessure. L’estafilade était trop fine pour être provoquée par le couteau, donc il devait y avoir quelque chose en plus, comme un fil. Elle se rappela alors de ce que lui avait Bianchi au sujet de Bel. – Il se bat toujours avec des couteaux reliés à lui par des fils invisibles, mais tranchant comme des lames de rasoirs, donc prend garde de ne jamais croiser son chemin seule, il pourrait te tuer sans aucune pitié. – Elle vit soudain des bottes blanches juste devant elle. Ecarquillant les yeux, elle releva lentement la tête vers son interlocuteur. Celui-ci se mit à genou devant elle, et caressa la joue de la jeune fille. Ce n’était pas un geste de tendresse, loin de là.

« - Ushishishishi…Na naa, je crois que tu a mal compris ce que je voulais dire. Ma question n’en était pas vraiment une. En réalité, c’était une affirmation, ma petite souris !... Et il semblerait que je t’ai attrapé, shishishishishi… »

Son regard était celui d’un dément, il voulait tuer quelqu’un, n’importe qui, et il avait fallu que ça tombe sur cette pauvre et innocente Kohane. Toujours à terre, elle recula le plus possible, et se heurta à quelque chose juste derrière elle. Ce n’était pas un mur, la preuve, ça portait des chaussures. Elle releva de nouveau sa tête vers le nouveau venu, et découvrit que ce n’était autre que le jeune frère de son sensei, Hayato. Il n’avait pas franchement l’air de vouloir discuter, tout comme Bel, mais à un degré différent.

« - Belphégor, je peux savoir s’que tu fou ici ? Le dixième du nom et Xanxus te demandent…
- Ca ne se voit pas ? Je m’amusais avec ma petite souris, shishishishi… répondit il d’un air qui se voulait innocent.
- Dis surtout que tu veux encore tuer un visiteur…
- Na naa, quel mauvais garçon suis-je ! »

Ne voulant pas en entendre plus, et surtout être mêlée à une histoire qui ne la concernait pas, Kohane s’enfuit à toute jambe, cherchant la sortie. Une titanesque explosion retentit à l’étage où elle se trouvait, ne faisant que presser davantage le pas de la jeune fille.
A la fin de sa 5ème année, l’élève décida de quitter son maitre pour se tourner vers la pratique d’armes blanches. Elle ne voulait pas se retrouvait dans la même situation que 2 ans auparavant. Durant ces 5 autres années, elle apprit à manier les couteaux de la même manière que Belphégor, utilisant cette même technique élégante et destructrice. Elle apprit également à se battre avec une lance à double pointe, qu’elle maitrisa mieux que toutes les autres armes. Ainsi, elle pouvait se battre à distance par le poison cooking et les couteaux, et également à une courte distance via une nouvelle foi aux couteaux et à la lance.
Lors de la dernière année chez les Vongola, elle finit son apprentissage. Bianchi lui proposa d’intégrer définitivement la famille la plus influente et puissante de la mafia, mais la jeune femme refusa. Elle réfléchissait à quelle famille elle voudrait être, lorsqu’elle apprit que le nouveau chef des Millefiores n’était qu’une jeune fille plus jeunes qu’elle. Prise d’une soudaine pitié envers elle, elle postula dans cette famille. Cela lui faisait de la peine de savoir qu’une jeune adolescente devait gérer seule toute une famille, et, en plus, qui est une famille haï par presque tous depuis le meurtre du dixième Vongola et de sa Famille. Après des efforts exceptionnels venant d’une paresseuse telle qu’elle, Kohane arriva rapidement au grade de bras droit de la famille, jurant une fidélité absolue à cette jeune fille qu’elle considérait comme une petite sœur, même si cela n’était pas forcément réciproque. 

_________________
/#/ Atashi no yume /#/
/#/ Kohane's Theme /#/


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:19 (2017)    Sujet du message: Kohane Tsuyuri

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Vive Reborn Index du Forum -> Règlement -> Présentation Des Personnages
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures

TOUS DROITS RESERVES Vive-Reborn © 2008, 2010 Vive-Reborn